Triangle du Tacul : voie Contamine-Négri

Publié le par Matthieu EVRARD

Le rendez-vous est donné à 7h du matin devant chez moi. Malgré le passage à l'heure d'hiver, tout le monde est à l'heure. Aujourd'hui nous serons trois : Mathieu, Alix et moi-même.

Malgré une courte nuit dûe à la sortie de Metroid Prime 3 sur Wii, je me sens d'attaque. C'est parti pour Chamonix. Après nous être délesté de 37 euros chacun, nous arrivons à l'Aiguille du Midi. On s'équipe rapidement dans la grotte de glace qui mène à l'arête éffilée de sortie. On croise Guillaume, avec qui Mathieu avait fait quelques courses d'alpinisme, connu sur C2C (le monde est décidément petit...).

C'est parti pour la Contamine-Mazeau. Cette voie remonte le triangle du Tacul en son centre de manière quasi-rectiligne. Arrivés au pied de la voie, la pente d'accès nous paraît en conditions pas terribles et il y a déjà du monde. De loin la Contamine-Négri avait l'air moins fréquentée et en meilleures conditions : changement d'objectif. Arrivés au pied de la pente, on s'encorde à double. Personne n'étant très motivé pour partir devant, je m'y colle.
En rouge la Négri, en rose la Grisolle et en vert la Mazeau

La rimaye ne m'inspire pas confiance et pour cause, je passe la jambe à travers un pont et tous les pont de neige semblent fragiles. Je finis par passer au dessus et à m'engager dans la pente qui se redresse rapidement pour atteindre 50° sur une bonne centaine de mètres. A partir d'ici on quitte la partie commune à la Contamine-Grisolle pour partir beaucoup plus à gauche du Triangle. Après une traversée en ascendance à gauche, je fais un relais sur un gros bloc au niveau du grand sérac.
S5000264.JPGAlix et Mathieu
negri-1-0001.jpgRimaye fanchie :-)

La pente se redresse fortement pour ne former plus qu'une raide goulotte à 65/70° d'inclinaison, toute en glace. Je tire une longueur. Les mollets chauffent pas mal mais le passage est très sympa : ambiance austère et oppressante avec l'énorme sérac juste à côté, un poil de technique, brochage délicat (glace très dure par endroits, en assiettes ailleurs...). A la sortie j'installe un relais sur broches à glace. Le premier que j'installe, en général on envoit Fred au tas ;-)

En rouge, le passage raide à côté des séracs (tout en glace)

negri-1-0004.jpgMoi dans la partie technique (cf photo d'avant)

Une autre longueur et on regarde l'heure. Il est presque 13h. Le sommet me paraît encore loin, surtout si on doit tirer encore des longueurs. On aperçoit des passages en glace vive qui ne permettent pas de progresser aussi vite qu'en neige. Ne désirant pas tester le confort des toilettes du téléphérique pour la nuit, nous décidons de redescendre. Je gagne un relais sur pitons dans les rochers et on installe un rappel dessus. J'installe un autre relais sur sangles au bout de notre rappel.
S5000270.JPG1er rappel

50m plus bas, Mathieu trouve un relais enchassé dans la glace qu'il s'efforce de dégager. Enfin je fais un dernier relais sur broches qui permet de passer la rimaye. Je descends en rappel, puis Alix aussi. Mathieu désinstalle le relais et descend en désescalade la pente, assuré par Alix qui a posé quelques broches en descendant.
S5000277.JPGAlix en bas et Mathieu plus haut

Nous sommes au col du Midi. Il est déjà presque 15h. Nous faisons une petite pause histoire de manger un peu... Remontée à l'Aiguille pas trop pénible (pour une fois). Ca n'avance pas sur l'arête, des cordées sont au point mort et comme on ne peut pas doubler, on attend !

S5000282.JPGGrandes Jorasses, Rochefort et dent du Géant
Hum j'avais justement envie d'un bon choucas rôti :-)
S5000274.JPGLes nuages...

S5000262.JPGQu'il est loin ce ***** de téléphérique !!!

On prend finalement la benne à 16h30 avec Guillaume, ce qui permet de discuter un peu.

BILAN : un peu déçu de n'être pas sorti au sommet mais je pense qu'on n'aurait pas été ravis de rester la nuit à 3800m sans rien avoir prévu. La voie est vraiment belle, un cran plus dure que l'éperon Migot (légère déception il faut l'avouer pour ce dernier). L'ambiance "Face Nord" est accentuée par les séracs impressionnants qui bordent la voie sans jamais être dans l'axe.    

Publié dans Année 2007

Commenter cet article