2ème jour

Publié le par Matthieu EVRARD

Lundi 7 Août 2006 :
Réveil à 6h45. Grand ciel bleu et petite fraîcheur. Nous avalons le petit dej et prenons des paniers repas au refuge. Nous nous mettons en route pour le refuge de Pagari en Italie.
Cette étape promet d'être une des plus dures : 4 cols et un sommet à faire.

On prend le sentier du mont Bégo que le gardien nous a conseillé pour sa beauté. Le sentier finit par se perdre... Ca commence bien ! On tombe rapidement sur des gravures rupestres caractéristiques de la Vallée des Merveilles. On rejoint finalement l'itinéraire classique où un garde du parc national vient me parler :
"- D'où venez vous ?
 - Du refuge des Merveilles...
 - C'est interdit de prendre ce sentier, voyez le panneau..."
et derrière moi il y a marqué en rouge SENTIER INTERDIT !!! Merde... pas envie de me prendre une prune...
 - Ce n'est pas marqué en bas du sentier..."
Le garde appelle un collègue qui me donne raison ! OUF, on s'en sort bien.

Avec Julien on fait une petite accélération pour atteindre la baisse de Valmasque. On redescend de l'autre côté du col, en longeant de très beaux lacs, puis bifurquons vers le Pas de la Fous.

On s'arrête manger 150m sous le Pas. Arthur a l'air en petite forme today...

On passe le col, et on redescend du côté du refuge de Nice. De là nous devons repérer un couloir qui permet de prendre pied sur l'arête du mont Clapier...
Tous les couloirs se ressemblent, pas facile de repérer des cairns dans cet éboulis monstrueux. Finalement une indication faite à la peinture finit par nous mettre sur la bonne voie. Le couloir est péteux, ça parpine de tous les côtés, ambiance ambiance... il y a quelques pas d'escalade où on doit mettre les mains. Je prends un peu d'avance et finis par atteindre le Clapier caméra au poing.
Vue à 360°, on voit la Méditerrannée... et on capte.
On appelle les parents qui sont en Corse, et je reçois direct un appel de Babz descendant du Montenvers. Petite pause au sommet. On regarde ce qu'il reste à faire : ça a l'air loin encore le refuge et Arthur est crevé...

Descente chiante du Clapier dans des éboulis, puis vers 2600m on coupe tout le vallon afin de reprendre le chemin du Pas de Pagari (2800m). La remontée est dure, les jambes commencent à être dures...

Du col on ne voit pas le refuge, petite déception... d'ailleurs on ne verra le refuge qu'au dernier moment. Nous mettons presque une heure à descendre les derniers 150m de dénivellée, le terrain est dangereux suite au retrait récent des glacio-névés sous le col.

Au refuge, le gardien Aladar, nous accueille et nous fait vite passer à table. Il est 19h...

Bilan de la journée : 11h30 de marche, au lieu des 8h prévues. Le pas de la Malédie, prévu pour le lendemain se révèle infranchissable... ça m'apprendra à étudier les topos des années 70... on ira donc à la Madone par le GR, et vu notre état de fatigue on ne fera pas le Gélas...

Commenter cet article